Par delà le bien et le mal

Entre fake news, intox d'un côté et lanceurs d'alerte de l'autre, les théories du complot se propagent actuellement rapidement sur les réseaux sociaux et nous troublent.

La pensée de l’existence de petits groupes, décidés à influer, de façon secrète, sur les évènements, à les provoquer, à prendre le contrôle en manipulant les masses, afin de conserver leurs intérêts et obtenir un pouvoir politique, et/ou économico-financier, n'est certes pas nouvelle, mais instille, de plus en plus largement, le doute entre ce qui est avéré et ce qui est inventé.

Ainsi, la dénonciation d'un méga-complot, dans lequel un groupe conspirateur, minoritaire mais extrêmement puissant et élitiste, développerait une action cachée et efficace lui permettant de mettre en place un nouvel ordre mondial, lentement mais sûrement, afin de tenir le reste de l'humanité à son service, va bon train.

Cette peur, essentiellement basée sur la croyance généralisée que l'homme est un loup pour l'homme, que seuls les intérêts personnels comptent, suggère que des forces du mal complotent et dominent le monde.

Entre naïveté et suspicion, que croire ou ne pas croire? Où est le vrai? Quel parti prendre? Comment ne pas désespérer?

Devons-nous dénoncer les comploteurs, ces forces matérialistes qui cherchent à nous manipuler ou dénoncer les complotistes, qui distillent ces théories douteuses et nous manipulent finalement aussi, où encore les rejeter les uns et les autres, en nous situant en dehors, hors de l'histoire collective donc, nous enfermant alors dans un monde spirituel soit disant à part, faisant le jeu de la séparativité, de l'égoïsme et donc... des comploteurs!

Car finalement, ne sommes-nous pas nous-mêmes comploteurs, chaque fois que nous nous sentons différents, plus importants, que faisons passer notre intérêt personnel avant le reste, que nous sommes « l'acteur principal du drame de notre vie », centrés, recroquevillés sur nous-mêmes, lorsque par exemple, nous nous laissons submerger par la peur ou sommes désespérés?

Ne sommes-nous pas, de même, de parfaits complotistes, lorsque nous propageons nos «rumeurs» intérieures, nos croyances, nos certitudes, chaque fois que nous pratiquons la simplification, établissant des liens faciles, interprétons ou faisons des suppositions sur autrui, lui prêtant des intentions cachées, lorsque nous essaimons le soupçon ou la méfiance, relayons une vision négative des relations humaines ou chaque fois que nous catégorisons « les autres », en les nommant « ils », « eux », qu'ils soient financiers, politiques, de l'éducation nationale, policiers, supérieurs hiérarchiques, etc...., ou encore lorsque nous nous sentons supérieurs par nos savoirs, connaissances ou touchers intérieurs lors de nos méditations.

Nous réalisons alors combien chaque fois que nous adoptons une vision binaire du monde, avec « nous » d'un côté et « eux » de l'autre, « le mal » d'une part, « le bien » de l'autre, « notre Âme » à l'intérieur et notre personnalité à l'extérieur, le spirituel d'un côté et le matériel de l'autre, nous renforçons la dualité, confortons la vision des paires d'opposés, créons la séparativité et nourrissons le combat partout, en nous et autours de nous.

N'est-il pas temps pour nous d'émerger de l'adolescence, au cours de laquelle il est dans l'ordre des choses de nous construire contre, de nous mesurer au monde, en nous situant en dehors de lui, afin que notre personnalité s'épanouisse pleinement?

N'est-il pas temps de faire le choix du réel discernement, celui de nous situer au delà des polarités, de sentir et vivre que nous faisons partie d'une grande Histoire commune, que le mal est un bien en devenir et qu'en nourrissant l'Unité, nous ne verrons pas deux mais un, que nous ne verrons plus une humanité divisée se battre violemment, mais une Humanité qui avance lentement.

La vue de nos deux yeux s'efface alors pour la Vision claire de l'œil de la sagesse, par delà le bien et le mal.

Si « conspiration » il y a, il s'agit de celle qui aspire à révéler l'Unité derrière tous les évènements du temps, car la puissance du Beau, du Bien et du Vrai ne s'épanouit que par notre adhésion à cette grande « co-respiration », celle qui co-inspire et co-expire l'Amour sur Terre.

Devenons pleinement et librement les « inspirationistes » de ce Nouvel Ordre Mondial, celui des justes relations, de la Compréhension Aimante, inclusive.

 

« Ce qui se fait par Amour, se fait par delà le bien et le mal » (Nietzsche)

 

texte inspiré d'un travail de groupe - écrit par CHD

© 2014-2020 

 

  • Youtube
  • Facebook Social Icon

Marc et Michelle MATTINA-KÖTTGEN

       73230 St.Alban Leysse

Faire un don

Avec PayPal